Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/06/2013

L'association A Font de Nîmes réfléchit aux questions de sécurité

L'association A Fond de Nîmes tenait hier soir sa réunion thématique sur la sécurité. Une partie intéressante consistait à s'interroger sur la façon dont la ville de Nîmes pouvait parvenir à aider la justice dans les difficultés qu'elle rencontre pour faire face à la délinquance.

Car le manque de moyens auquel la justice fait face n’est pas sans poser problème pour apporter la réponse adaptée à chaque individu posant des faits délictueux.

Evidemment, la problématique est particulièrement criante chez les plus jeunes, qui, en vertu de l’ordonnance de 1945, les préserve, à mon sens, à juste titre, des peines d’emprisonnement qui pour moi, relèverait de l’école du crime, plus que toute portée éducative.

Et oui, justement, c’est la portée éducative du message qui importe, et il est nécessaire de bien le faire entendre à la fois aux jeunes, mais aussi à l’ensemble de la société.

Je suis très clair là-dessus, éducation vaut aussi sanction, car selon moi, l’un ne va pas sans l’autre. Un jeune cherche toujours ses limites et il est de la responsabilité de l’adulte de savoir les lui poser clairement.

Normalement, cette tâche devrait revenir aux parents, mais malheureusement, pour des raisons diverses, ceux-ci sont de plus en plus souvent, en difficulté pour élever leurs enfants.

Il devient donc du devoir de la société dans son ensemble de s’y substituer. Mais elle le fait avec difficulté. Que ce soit à l’école, que ce soit dans la rue avec les associations, ou avec les forces de l’ordre que sont la justice et la police, la distance n’est pas toujours facile à trouver pour les institutions, entre préservation des libertés individuelles, et sécurité publique.

Il importe d’équilibrer prévention et sanction, et je trouve personnellement que malgré ces difficultés, les initiatives vont dans le bon sens. La démarche des Conseils Locaux de Sécurité et de Prévention de la Délinquance qui regroupent Collectivités territoriales, Education nationale, police, justice, institué par la loi de 2002, est une démarche plus que positive.

L’institution en 2007 du Conseil des Droits et Devoir des Familles est une bonne chose et qui permet d’établir très rapidement un lien entre le mineur qui pose un acte d’incivilité et ses parents, sur la façon de le remettre dans le droit chemin.

C’est un axe de travail qui mériterait d’être développé, car, compte tenu du public auquel il s’adresse, des auteurs d’incivilités, n’a pas encore les relais suffisants sur le terrain pour être pleinement efficaces.

La démarche des Etablissements de Placement Provisoire d’Observation et d’Orientation qui permettaient la mise à l’écart pendant 10 jours des primo-délinquants et leur prise en charge immédiate par les professionnels de la PJJ était une très bonne mesure. Elle offrait une solution pour un public auquel on a aujourd’hui du mal à répondre, comme les racketteurs, les voleurs de portables, ou ceux qui sèment la pagaille dans les transports en commun…

Il nous faut réfléchir à des solutions pour ces jeunes là qui sont ceux qui gâchent le quotidien de beaucoup d’entre nous, et qui eux gâchent leur avenir.

Aujourd’hui, la Ville de Nîmes dispose de dix postes de travail d’intérêt général qui a reçu 12 personnes pour un total de 1 613 heures. Il est important de le développer, au-delà du poste dédié au mineur qui sera mis en place dans le courant de cette année je crois, nous proposons de mettre en place un service spécifiquement dédié au développement de ces TIG, en collaboration avec le parquet.

 

17/01/2012

La question du mariage gay interroge nos institutions sur leur capacité à prendre des décisions politiquement et socialement correctes

mariage gay, société,proportionnelleQuand nos institutions escamottent le spectateur impartial et lui préfèrent systématiquement l'effet Olson.

Un peu comme tout le monde, j'ai un avis sur les questions relatives au mariage et à l'adoption par les couples gay. J'ai essayé de le construire à force de réflexion, en mettant face à face, à la fois le sentiment d'empathie que je peux ressentir pour les personnes directement concernées, mes valeurs éthiques, mais aussi et surtout le sens que cette réponse, si elle était appliquée, pourrait donner à la société toute entière.

Cette réflexion, qui comme toute réflexion, n'est pas terminée, et susceptible d'évolution, en est depuis un petit moment à ce point:

Adoption OUI, mariage NON!

Ce qui importe cependant, ce n'est pas mon avis. Après tout, il n'a pas plus d'importance que celui de Madame Michu. Ce qui importe, c'est la façon pour nos institutions de répondre à cette question... 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

Lire la suite

07/06/2011

Réponse à Laurent Muchielli

 

http://insecurite.blog.lemonde.fr/2011/06/07/delinquance-...

Comme d'habitude, ces types d'articles sont plus le fruit d'une vue idéologique que d'une tentative de prise en compte de la réalité empirique.

Les auteurs de cet article ne formulent aucune proposition... soit. Ils vont nous expliquer, "1/que ce n'est pas leur métier, qu'ils ne sont pas élus. 2/ que de toutes façons, il n'y a aucun problème avec la délinquance des mineurs qui de toutes façons n'augmentent pas et que les politiques font de la récupération."

Mais par conséquent, ce que j'ai du mal à comprendre, c'est comment Monsieur MUCCHIELLI peut à la fois arguer de chiffres en nous expliquant dans le même temps  qu'ils sont très imprécis "car chaque cas est unique", et finalement se laisser prendre au piège de son approximation. Son métier, n'est-il pas justement de faire des études compiler des statistiques, à la limite même, expliquer pourquoi "il existe cette rente"... à moins que les gens ne deviennent totalement parano, ou manipulés par les médias!!!

Monsieur MUCHIELLI permettez-moi de vous le dire puisque vous vous permettez de juger le travail des autres, votre travail est très insatisfaisant... trop approximatif. Vous dîtes qu'il n'y a pas de réelle augmentation de la délinquance des mineurs?

Vous êtes contredit par le Président du TE de Bobigny Jean-Pierre ROZENSWEIG, qui est pourtant loin d'être un sarkozyste, il est même un de vos maîtres à penser, et que disait-il, dès 2001?

"La montée (relative) de la délinquance juvénile violente : +, plus jeunes, + violents
1980 : la délinquance des moins de 18 ans = 14% de la délinquance globale
2001 : 20.5% (mais baisse sur 1999 et 2000)
Plus préoccupant : la délinquance de rue ! En moyenne elle est de 33%; parfois 55%
Un « sentiment » d’impunité et de laxisme, y compris dans la tête des jeunes, mais une réalité différente
2001 : 65 000 nouvelles procédures
7 400 condamnations à des peines de prison ferme; dont 4400 incarcérations, etc."
globenet.org/enfant/prison.ppt

Evidemment vous y trouverez la "relativisation" des choses propre à toute argumentation laxiste... mais cela illustre bien à quelle mauvaise foi ceux qui veulent faire évoluer les choses doivent faire face.

Mais s'il est déjà désolant qu'un "scientifique" ne s'appuie avant tout que sur ses certitudes idéologiques pour "travailler", il est dramatique de voir notre société dans l'incapacité à réagir face à ces problèmes. On nous parle de société "jungle", de violence sociale, de chômage, de précarité... certes. Mais plus une société est "dure", plus elle a besoin d'un cadre étatique fort, car c'est l'anarchie que l'on risque, et l'anarchie mène à la tyrannie.

L'exemple américain que vous méprisez par principe est pourtant le fruit d'une société libérale et pas seulement au plan économique. C'est le pays qui a ouvert la démocratie au monde, et c'est aussi le seul pays à avoir su faire diminuer de façon durable (et malgré la crise) sa délinquance. Evidemment, sa politique en matière d'arme à feu, en fait encore, une société très violente, mais il est heureux que notre pays, aille étudier ce qui a pu marcher chez eux. 

Alors, Messieurs, au lieu de critiquer, de railler les élus, et de mépriser le peuple, tous ceux qui vivent au quotidien la violence des mineurs, prenez votre belle plume, et votre gros cerveau, et réfléchissez à la façon que pourra trouver l'Etat pour restaurer son autorité sans tomber dans l'autoritarisme.

Merci d'avance.