Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/10/2011

A quand un véritable débat énergétique?

chaudfroid.gifLe débat énergétique en France est saisonnier. 

Cet été, depuis le mois de mars et l'accident de Fukushima, les médias n'ont eu de cesse de relever les risques de l'industrie énergétique, mère de toutes les autres.  L'arrêt du nucléaire, depuis l'accident de Fukushima, est devenu le leitmotiv des écologistes croyant y déceler un réel potentiel électoral; les centrales thermiques contribuent à l'effet de serre et au réchauffement climatique; le gaz de schiste fait l'objet de mobilisations locales et du principe de précaution un étendard; les énergies renouvelables se développent, mais face, là encore à des oppositions locales (photovoltaïque, éolien) et sans proportion comparable avec la productivité nécessaire. Bref, lors des douces saisons, les français se moquent du confort énergétique...

Pour la collection automne-hiver, en revanche, nous devrions retrouver dans les grands titres nationaux, les lamentations habituelles: augmentation du prix de l'essence; dépendance de l'Europe au gaz russe; pénurie d'électricité...

Comme la cigale et la fourmi, comme le soleil et la lune, les résolutions précautionneuses de l'été, et la réalité des factures d'hiver, ne se rencontrent jamais... Quand parviendrons nous à avoir un débat énergétique honnête et pédagogue qui proposera à nos concitoyens de véritables choix? 

Lire la suite

02/11/2009

Les Echos: la France va devoir importer massivement de l'électricité cet hiver...

Les Echos de ce jour dressent un constat alarmant sur la pénurie d'électricité en période de pointe qui risque de frapper la France cet hiver. Notre indépendance énergétique dévelopée à l'aide du nucléaire depuis les années 70, risque d'être remise en cause. C'est en effet, la deuxième année d'affilée que nous allons devoir importer de l'électricité.

En cause, notamment, le chauffage électrique qui équipe près d'un tiers de nos foyers en France et qui impliquera cette année, une augmentation de 2100 MW par baisse d'un degré de la température.

Le cap du tarif électrique n'est pas prêt d'arrêter son orientation à la hausse!