Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/10/2009

SO FUTURE

so future couleur.jpgA la fin des années 70, alors que le monde vient de connaître son premier choc pétrolier, que les illusions d’une croissance sans fin se dissipent, le mouvement punk est né comme un cri de révolte : No future !

Aujourd’hui, notre génération est aussi confrontée à la fin de plusieurs cycles. Et, en premier lieu, celui du pétrole et de l’énergie « gratuite », qui va révolutionner dans les toutes prochaines années notre façon de nous rencontrer, de nous déplacer, de consommer, en trois mots : notre mode de vie !

Face à ces futurs bouleversements, nous pouvons réagir ! Pas seulement en nous révoltant, mais en faisant bouger notre société pour anticiper, préparer, accompagner ces changements ; pour faire de ce futur non pas un monde sans foi ni loi, guidé par l’anarchie, et l’individualisme forcené, mais une chance pour que nos enfants, nos petits frères, nos petites sœurs, nous même, puissions vivre et nous accomplir dans ce nouveau monde. Un monde moins égoïste et plus solidaire ; un monde qui consomme moins, mais qui vit mieux ; un monde développé durablement, avec imagination et dans le partage !

Nous voulons dès aujourd’hui préparer les conditions de ce nouveau mode de vie, en affirmant la volonté de mener des politiques responsables, dont l’horizon n’est pas la prochaine élection, mais l’avenir de notre région, de notre pays, de l’Europe et du monde.

Le Nouveau Centre, héritier de la tradition centriste qui a construit l’Europe avec Robert SCHUMAN et Jean MONNET, promoteur incessant des réformes les plus courageuses dont notre pays a besoin, défenseur acharné du rassemblement de nos concitoyens au service de l’intérêt général, propose aujourd’hui à des jeunes de faire entendre leur voix pour mener des politiques responsables !

Parce que la région, compétente en matière d’aménagement du territoire, de transport ferroviaire, dans le développement économique et la formation professionnelle, est, sans doute, la collectivité la plus à même de préparer les conditions d’un avenir moins « énergivore », je vous propose de réfléchir ensemble au projet que le Nouveau Centre défendra dans la perspective des prochaines élections régionales en Languedoc-Roussillon.

Un projet résolument tourné vers l’avenir pour une région qui conjugue de nombreux atouts mais doit aussi relever de nombreux défis qui nous permettront de conserver notre qualité de vie.

Un projet bâti ensemble, et qui résonnera comme l’expression de notre volonté de construire notre avenir commun, notre futur « So future » !


Julien DEVEZE
Chef de file du Nouveau Centre
Région Languedoc-Roussillon

04/09/2009

Le ministère de la défense donne l'exemple...

Une information sur les efforts du Ministère de la défense, impulsés par Hervé Morin, et présentés dans le rapport "développement durable" qu'il vient de remettre:

Chaque année, le ministre de la défense engage 119 millions d'€ à la préservation écologique des sites que l'armée utilisent. Pour Hervé MORIN, les activités de son ministère doivent désormais être compatibles avec la "préservation du patrimoine". Cette annonce sans équivoque, comme la remise de ce rapport est une première, pour le Ministère de la Défense évidemment, mais également tous ministères confondus.

Sur les 250 000 hectares utilisés par l'armée, 20% sont déjà classés Natura 2000 et reconnus, comme le camp de Sissonne, pour leur richesse floristique et faunistique.

Outre une meilleure gestion de l'eau par l'installtion de compteurs ou le recours aux énergies renouvelables, le ministre a insisté sur la nécessité de développer une filière de déconstruction notamment pour les navires. 108 millions d'€ sont ainsi inscrits dans la loi de programmation militaire pour financer le démantèlement. "Nous n'avons aucune filière industrielle capable aujourd'hui d'assurer la déconstruction de nos bâtiments" a regretté Hervé Morin, qui souhaite voir le Grand Emprunt en financer le développement.

03/09/2009

Débat autour de la Taxe Carbone

Le principe de la taxe carbone est de faire payer plus cher ce qui consomme de l'énergie fossile, que ce soit pour sa fabrication, pour son transport, ou pour son utilisation.

L'énergie fossile, c'est, entre autres, le pétrole. Or, me direz-vous, on paie déjà sufisamment cher nos carburants, avec les chocs pétroliers, et l'augmentation régulière du prix du baril!

Je vous répondrai, certes, mais qui en profite? Certes, mais que fait-on pour changer nos habitudes?
C'est tout l'intérêt de la Taxe Carbone, nous préparer à l'avenir. Et profiter de son produit pour faire évoluer nos structures, notre fiscalité, notre consommation.

C'est aujourd'hui le cas de la TIPP (Taxe intérieure sur les produits pétroliers) qui lisse, en augmentant, le prix du carburant et adoucit les chocs pétroliers tout en permettant à l'Etat de disposer d'une recette fiscale supplémentaire.

La taxe carbone doit pour sa part, profiter à nos emplois en transférant les charges qui pèsent sur le travail des entreprises et des salariés, vers l'énergie aujourd'hui trop peu coûteuse par rapport à la pénurie qui nous touchera demain.

Il ne faudra pas oublier, de permettre aux foyers ruraux qui ne disposent pas de transports en commun - principale discrimination par rapport aux urbains sur le coût de l'énergie - de bénéficier du fameux chèque vert.

Aujourd'hui, les français ont le sentiment de voir émerger, un simple impôt supplémentaire... c'est absolument faux, si le gouvernement en fait l'outil principal d'une révolution fiscale nécessaires pour s'adapter au monde d'aujourd'hui et de demain.