Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/10/2010

Filière solaire: enfin une volonté politique en région Languedoc-Roussillon?

Midi Libre est revenu hier sur la question de la filière solaire dans notre région. Poussé par un prix de rachat moins élevé qui favorisera enfin les taux d'ensolleillement réellement performant, le Conseil Régional prend enfin quelques mesures pour développer le secteur en Languedoc-Roussillon. Dommage qu'elle n'envisage cependant que le photovoltaïque et oublie la filière thermique, qui pourrait pourvoir plus d'emplois dans la région.

Midi Libre.gifPour le tiers des habitants de la région, la préservation de l’environnement et les énergies renouvelables constituent une priorité. Un récent sondage TNS-Sofres, commandé par la région Languedoc-Roussillon, est venu confirmer ce que l’on sait depuis pas mal de temps : la préoccupation environnementale occupe de plus en plus de place dans les esprits. Les perspectives liées au changement climatique ont servi de détonateur. D’autant que les spécialistes n’y vont pas par quatre chemins, à l’instar de cet expert parlant du réchauffement de la planète comme d’« une arme de destruction massive, au moins aussi dangereuse que les armes chimiques, nucléaires ou biologiques, et donc que le terrorisme international ».

En Languedoc-Roussillon, où en est-on ? L’électricité hydraulique tient toujours le haut du pavé dans la production liée aux énergies renouvelables. A côté de cela, le photovoltaïque et ses panneaux solaires ont le vent en poupe. Ils bénéficient d’une cote supérieure à celle de l’éolien, handicapé par de multiples freins administratifs censés limiter l’atteinte paysagère. Et par l’absence d’une réelle volonté politique mettant à mal la filière. Résultat : avec 400 mégawatts (MW) raccordés au réseau, la Région n’occupe plus que le 6e rang national alors qu’elle fut pionnière.


Le photovoltaïque, avec un peu plus de 60 MW raccordés fait sa place au soleil et se retrouve sur la seconde marche du podium, derrière Paca. Les baisses des tarifs d’achat de l’électricité solaire et la réduction annoncée du crédit d’impôt pour les particuliers rendent effectivement plus rentables les projets dans le sud de la France, bénéficiant d’un meilleur ensoleillement.

Convaincue de l’importance du filon, la Région a décidé de monter un fonds photovoltaïque régional, en partenariat avec la Banque européenne d’investissement. Doté de 400 M€ pour la période 2011-2013, ce fonds permettra l’accompagnement financier de projets.

« Toutefois, nous n’apporterons pas de garantie sur les centrales photovoltaïques au sol », indique-t-on au service environnement du conseil régional. La collectivité mise donc beaucoup sur l’or solaire, tout comme elle s’attache à l’efficacité énergétique des bâtiments. Toutes les régions développent ce type de politique. Midi-Pyrénées, la voisine, a débloqué le mois dernier une enveloppe de 700 M €, là aussi avec le concours de la Banque européenne d’investissement, pour favoriser les énergies vertes.

En Languedoc-Roussillon, une étude réalisée par l’Observatoire régional emploi et formation (Oref) livre des conclusions encourageantes : « 10 000 à 12 000 créations d’emploi sont attendues dans le secteur de la maîtrise de l’énergie dans le bâtiment à l’horizon 2015, pour 1 200 créations nettes d’emploi dans les filières des énergies renouvelables. »
Pour ce faire, des efforts ont été consentis en matière de formation. « Près de 5 800 personnes, dont un millier de demandeurs d’emplois, ont suivi des formations longues (plus de 3 mois) permettant d’exercer un métier dans les domaines des énergies renouvelables et de la maîtrise de l’énergie en 2008-2009 », constate Béatrice Négrier, vice-présidente de la Région, en charge de la formation. Et d’ajouter : « 366 formations longues ont été répertoriées sur cette période en Languedoc-Roussillon, dans une centaine d’établissements scolaires ou universitaires et centres de formation. Les filières électrotechnique et thermique sont prédominantes. » Parallèlement, le programme régional qualifiant permet aussi de mettre le pied à l’étrier du renouvelable.

La croissance verte, à laquelle aspire la France, mobilise donc le Languedoc-Roussillon. Dans l’Hexagone, 260 000 personnes travaillent dans le secteur des énergies renouvelables. Elles étaient 60 000 en 2006. Dans la course à l’emploi, la région entend ne pas se faire lâcher…

Anthony JONES.

Les commentaires sont fermés.